Cinéma

CONNASSE, le film: Rencontre avec Camille Cottin et les deux réalisatrices

De l’insulte adressée à n’importe quelle créature féminine en cas de « Je peux pas te donner mon numéro, j’ai pas de téléphone » en soirée ou de « Monsieur, s’il vous plait, ça fait deux minutes que j’attends qu’on remplace mon couteau tombé par terre » au restaurant, Connasse est devenue un phénomène made in Canal Plus, mais surtout une idole pour les amateurs de cynisme et de culot à outrance.
Célèbre pour les caméras cachées de Connasse, Camille Cottin s’est lancée dans l’aventure du tout nouveau long-métrage « Connasse, princesse des cœurs« , avec les deux réalisatrices de la série Noémie Saglio et Eloïse Lang, désormais devenues un trio inséparable. Le Court Bouillon est donc allé à la rencontre des trois copines dans leur hôtel lors de la promotion de l’avant-première du film à Bruxelles, jeudi soir dernier.

INTERVIEW DE NOÉMIE SAGLIO ET ÉLOÏSE LANG:

Votre rencontre?
Noémie : On s’est rencontré sur une plage en Corse et j’ai trouvé Éloïse fantastique.
Éloïse : Oui enfin surtout parce que je suis bien foutue.
Éloïse / Noémie : Oui et accessoirement nos maris se connaissent très bien, donc on est devenues très amies par la suite.

Connasse, un personnage aux antipodes de votre vie à vous?
Oui, elle n’aura jamais de mec parce que c’est une éternelle insatisfaite et que ses exigences dépassent le réel, elle n’aura jamais d’enfant parce qu’elle déteste ça… Le contraire de nos vies!

Votre écriture, ça fonctionne en bad cop / good cop?
Éloïse : Moi je suis la fausse oie blanche, alors que Noémie est plus irrévérencieuse; elle pousse les gens dans les scripts, balance son sac sur la tête de quelqu’un…
Noémie : Éloïse écrit des choses plus « intellos » mais va sortir de temps en temps des trucs ignobles auxquels j’aurais jamais pensé!

Une héroïne pour un public mixte, c’est rassurant?
Oui! On nous dit souvent que c’est un film de filles, mais pourquoi? Parce que c’est une fille? C’est ridicule! L’humour est universel, et il n’y a pas de raisons que ça ne fasse rire que les femmes. Et finalement Connasse a beaucoup de côtés masculins, dans sa manière de ne douter de rien, de ne jamais s’excuser… Il y a tellement d’hommes amoureux d’elle! (rires)

Pourquoi faire un long-métrage alors que la capsule cartonne déjà dans son format actuel?
Parce qu’on voulait faire vivre une aventure à notre personnage, le voir évoluer dans un univers complet et pas seulement anecdotique. On avait simplement envie de le faire, et on fonctionne toujours comme ça. Sans oublier le fait aussi que nous venons toutes les deux du cinéma à la base, donc on aurait très bien pu réaliser le film avant même de développer la série.

Vouloir épouser le prince Harry, ça n’est pas un peu inattendu pour Connasse?
Noémie : Oui au début ça me posait problème aussi mais finalement, ça correspond à l’image qu’elle a d’elle même, son seul mec potentiel est forcément un prince!

Une suite prévue?
Ah, ça nous ferait marrer évidemment, sachant que tourner un film intégralement en caméra cachée c’est vraiment pas évident, il faut voir. Mais c’est sûr que de nouvelles aventures pour Connasse ça serait super.

Vous avez déjà pensé à créer un duo de Connasses, puisque vous êtes deux auteurs?
Éloïse : Non jamais!
Noémie : En fait oui et non, mais une caméra cachée avec deux acteurs ça ne fonctionne pas. Déjà parce que ça deviendrait trop méchant dans les sketches, mais aussi parce que les gens se disent que c’est trop surréaliste, et ça devient de la fiction.
Éloïse : C’est vrai qu’au début on voulait lui donner des copines pour pas qu’elle se retrouve à aller en boîte toute seule et avoir l’air d’une bouffonne, mais du coup on évite les situations où elle a l’air d’être seule.
Noémie : Mais du coup on a mis un concentré de nos deux personnalités dans un seul personnage!


I
NTERVIEW DE CAMILLE COTTIN:

Le film a été éprouvant en termes de performance par rapport à la capsule?
En fait, le fait de l’avoir tourné à l’étranger, j’étais bizarrement moins soucieuse du regard des gens, de la façon dont ils allaient prendre les choses. Inconsciemment, on se comporte encore plus mal! (rires)

Il y avait une réelle différence entre les Anglais et les Français?
Non pas vraiment, mais les Anglais sont naturellement toujours prêts à aider, à répondre à des trucs complètement absurdes, et gardent leur sang froid.

Est-ce qu’il y a des moments où vous êtes vraiment gênée de faire ce que Connasse fait?
Non… Il y a une sorte d’adrénaline qui fait que je ne pense presque plus à ce que je fais, parce qu’en plus avec une caméra cachée on doit faire vite, il faut que les images soient dans la boîte sinon on doit tout recommencer… Et puis c’est le jeu du personnage!

Connasse, c’est qui: une fashion bobo, une bourgeoise branchée…?
En fait il y a pleins de composantes qui fait qu’on ne peut pas la caser. Elle adore le luxe donc on pourrait penser qu’elle fait partie de la bourgeoisie, en même temps le fait de dire tout ce qu’on pense n’est pas du tout bourgeois… C’est ce qui est amusant à jouer et c’est ça aussi qui la rend attachante, et permet une certaine démesure. D’ailleurs, elle plait justement à plusieurs classes sociales parce qu’elle est un mélange de toutes. Ensuite, les auteures imposent des rails très clairs dans l’écriture: elles savent très bien ce qu’elle ne ferait pas ou ne dirait pas par exemple.

Finalement nous on rit, mais est-ce que vous vous amusez?
Je me suis beaucoup amusée à Londres, et je me suis encore plus amusée pendant le film que pendant la série. Elle reste Connasse, mais la voir évoluer dans une histoire, et la voir réagir face aux obstacles sur la durée, c’était vraiment super.

Des moments où vous avez envie de rire aussi?
Ça m’arrive très peu, je suis concentrée, j’ai envie que ça marche, mais aussi parce que j’ai beaucoup répété donc je suis rarement surprise de mes propres répliques, puisqu’elles sont écrites! Et surtout avec la caméra cachée, il faut faire attention à ne pas se faire griller, on n’a pas de marge d’erreurs énormes, ça vous passe l’envie de rigoler!

Et dans la rue, ça se passe comment?
Et bien justement vers la fin de la seconde saison ça devenait compliqué à Paris parce que les gens commençaient à connaître la série, c’est d’ailleurs le frein à la troisième saison…

Les retours du public pour le film?
Pour l’instant le public est très chaleureux, et ça nous fait super plaisir. Hier à Paris ça a bien démarré, et honnêtement du moment que les gens nous disent qu’ils ont ri, l’objectif est atteint!
C’est le coeur lourd que nous quittons cette délicieuse compagnie, car, comme il est écrit dans le générique, Connasse est « charmante et délicate » dans la vraie vie. On souhaite une longue vie aux projets de Camille Cottin ainsi qu’aux deux créatrices du personnage atypique et détonnant. Car après tout, plus elle est méchante, plus on l’aime.

– Lucile –

Camille Cottin et Éloïse Lang lisent les insultes sur Connasse sur le net [...]

Camille Cottin et Éloïse Lang lisent les commentaires sur Connasse sur les réseaux […]

Noémie Saglio

Noémie Saglio

Moment de complicité avant l'avant-première de Bruxelles

Moment de complicité avant l’avant-première de Bruxelles

Éloïse Lang

Éloïse Lang

 

Publicités

Une réflexion sur “CONNASSE, le film: Rencontre avec Camille Cottin et les deux réalisatrices

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s